Vous avez peut-être utilisé la musique comme exutoire pour passer au travers de la pandémie, et vous n’êtes pas seul(e). Lorsque la pandémie s’est déclarée, j’ai commencé à recevoir un nombre particulièrement élevé de demandes de mixage et de mastering. J’ai vu une augmentation d’environ 25 % de mon travail par rapport aux années précédentes. À un moment donné, ma charge de travail a doublé. Principalement parce que tout le monde fait de la musique en ce moment et qu’il y a moins de choses à faire.

Une question revient sans cesse : y a-t-il un moyen de transformer mon passe-temps, ce que j’aime faire, en quelque chose qui peut être mon travail au quotidien? Pouvez-vous vraiment gagner votre vie en tant qu’artiste? Beaucoup d’entre nous poursuivent l’idée de finir une chanson, de sortir un album et de le voir en ligne avec d’autres artistes que nous aimons. Il doit bien y avoir de l’argent qui me revient de ce travail pour me soutenir financièrement, non?

Désolé, mais la vérité est que l’argent qui revient des ventes, du streaming et d’autres expositions est vraiment faible.

Alors comment peut-on gagner de l’argent et vivre d’une passion?

Je suis tombé sur un article basé sur une étude selon laquelle on trouve plus de bonheur en poursuivant son but plutôt que sa passion. Il est également bien connu que faire de sa passion un métier peut aussi la tuer. J’ai été musicien à plein temps, j’ai dirigé un label et j’ai fait des tournées… Je peux vous dire que si vous vous trouvez à faire un mauvais investissement, cela peut complètement anéantir la carrière que vous avez construite pendant une décennie. Cela ne m’est pas arrivé, mais j’ai vu une scène sur laquelle je comptais, s’éteindre après une longue période d’âge d’or. Ce qui a suivi ce genre ne m’a pas inspiré, et je n’ai jamais eu envie d’embarquer dans le navire comme la plupart de mes pairs l’ont fait. Au lieu de cela, j’ai fait profil bas pendant un certain temps, j’ai trouvé des emplois au hasard qui pouvaient payer les factures et avec un peu de recul, je peux voir que j’ai beaucoup appris en faisant autre chose que de la musique toute la journée. Vous pouvez perdre la perspective de vous-même, de votre orientation, de votre vision initiale.

Vous l’avez peut-être déjà vu ou lu sur ce blogue, mais j’ai commencé l’année 2020 avec le défi de faire une piste par semaine pendant toute l’année. J’ai pensé au départ que cela pourrait être un bon moyen d’attirer les gens vers ce que je fais tout en apprenant davantage sur la production, de réviser/réinventer ma propre méthode et, bien sûr, de pondre un tas de morceaux à sortir, éventuellement. Cette expérience m’a vraiment ramené vers les années 2006-2008, quand je produisais comme un fou et que j’avais beaucoup de sorties. Certaines personnes m’ont dit qu’elles voulaient que je fasse de la techno comme à l’époque, mais j’ai senti que ce qui avait été dit à alors n’avait pas besoin d’être répété : je voulais apporter quelque chose de nouveau.

Ajouter ce défi à mon travail quotidien m’a presque épuisé, ce qui est vraiment une mauvaise chose si vous êtes un artiste. C’est dans cet esprit que j’ai commencé à doser ma production musicale et que d’autres idées m’ont été proposées :

  • Comment connaître efficacement mes outils pour faire exactement ce que je dois faire?
  • Comment repérer rapidement les obstacles et apprendre la ou les techniques pour les surmonter?
  • Connaître mes limites, tant sur le plan créatif, de l’énergie personnelle, que sur le plan technique.
  • Essayer d’identifier les choses que je ne connais pas et ne pas les négliger.
  • Rester humble.
  • Savoir ce que j’aime faire et ce que je fais le mieux.

Si vous commencez à faire quelque chose pour attirer l’attention, vous vous lasserez très vite, surtout si la réaction ne répond pas à vos attentes. Dans mon cas, j’ai vite vu (je l’avais prévu!) qu’après la 8e semaine, les gens ne se soucieraient plus vraiment de la musique publiée. J’ai en quelque sorte arrêté de poster ma musique et j’ai décidé de partager avec une poignée de personnes dont je savais qu’elles écouteraient. Finalement, j’ai commencé à faire de la musique pour moi seul et j’ai même arrêté de les mettre en ligne sur Weeklybeats, le site du défi. Ce qui est assez fascinant, c’est de regarder les 8 premiers morceaux et ce que je fais maintenant : c’est complètement différent. Ce que je fais pour moi est purement expérimental, soit incroyablement bizarre, soit très répétitif, car j’ai créé des moments sonores pour mon loft, à jouer sur mon Sonos.

En quoi cela me rapproche-t-il de mon but ou de ma passion?

Il n’est pas un secret que j’ai trouvé ma passion il y a de nombreuses années, lorsque j’ai découvert que j’étais un professeur assez solide. Aujourd’hui, ça paie. Pour enseigner, vous devez connaître votre métier à fond et être capable de l’expliquer correctement. Ainsi, l’exploration de différentes techniques et la rétro-ingénierie de la musique que j’aime sont différentes façons d’enseigner aux gens qui veulent apprendre. C’est pourquoi notre groupe de coaching est précieux : nous essayons collectivement de comprendre certaines techniques. Ce qui est étonnant avec la musique, c’est que vous pouvez comprendre une technique, l’enseigner à 10 personnes et toutes l’appliqueront à leur manière, ce qui donnera 10 résultats différents. Mais ce qui est amusant, c’est que 50 % d’entre eux n’aimeront pas ne pas pouvoir faire ce que les autres peuvent déjà faire. C’est un sujet sur lequel je travaille beaucoup dans le coaching : le contrôle.

Quoi qu’il en soit, si ce que vous faites le mieux n’est peut-être pas lié à la musique, y a-t-il un espoir? Eh bien, peut-être plus que vous ne le pensez, si vous avez un peu d’imagination. Voici quelques autres types de travaux qui sont plus liés à la musique que vous pourriez le penser :

  • Si vous êtes doué pour l’écriture, vous pouvez travailler avec les artistes sur leurs biographies, leurs dossiers de presse, leurs descriptions de chansons, leur présence en ligne, etc.
  • La conception graphique est souvent une compétence que les musiciens possèdent. Vous n’avez pas idée du nombre de designers qui sont aussi des musiciens et, dans un monde où l’image est cruciale, vous pourriez certainement trouver du travail dans l’industrie de la musique.
  • Des compétences pour le web? Il y a tellement d’aspects que vous pouvez aussi aborder.
  • Compétences en matière d’équipement? Si vous avez des compétences en électronique, vous pouvez peut-être aider à assembler du matériel, par exemple du matériel modulaire qui est livré en kit et qui doit être assemblé.
  • Le réseautage, c’est votre truc? Vous n’avez aucune idée de la façon dont nous avons besoin de personnes capables de relier les gens entre eux ou de créer des ponts entre des parties qui ont besoin les unes des autres.

Vous pensez peut-être que les musiciens n’ont pas d’argent pour payer qui que ce soit, alors comment cela peut-il générer quelque chose? Si vous êtes vraiment doué pour quelque chose, les gens voudront payer. Peut-être pas beaucoup au début, mais si vous faites un excellent travail, il finit par être remarqué. Quand j’ai lancé ce site et les services à plein temps, cela a commencé lentement et j’ai fait beaucoup de travail gratuit (ou à prix très réduit). J’ai pris beaucoup de temps pour établir des relations avec les clients, et j’ai fini par trouver des clients satisfaits qui m’ont recommandé à d’autres. Mon but est devenu de faire en sorte que mes clients puissent s’épanouir dans ce qu’ils font, à la fois en tant que créateurs de musique, mais aussi en tant qu’artistes qui peuvent briller dans leur communauté.

C’est pourquoi j’ai pris un groupe de personnes sous mon aile avec l’idée de les pousser comme s’ils étaient moi. Que puis-je faire pour cette personne qui puisse faire une différence dans sa carrière? Est-ce que cela leur apprend quelque chose? Est-ce que cela les met en contact avec des promoteurs ou des labels?

C’est alors que j’ai compris qu’une autre compétence que j’avais personnellement est le réseautage et l’établissement de contacts. Je suis un papillon social naturel lors des événements et c’est quelque chose qui peut rapporter à long terme, surtout dans ce que je fais.

La pandémie qui touche les événements rend très difficile de faire du réseautage efficace, mais touche aussi l’inspiration générale pour faire de la musique. L’isolement vous oblige à faire de la musique basée sur des souvenirs sans avoir la possibilité de la tester sur une foule… ce qui vous oblige à faire ce que vous aimez et à être simplement patient.


Written by: pheek

Fondateur de Audio Services et musicien depuis les années 90's.
"Pheek offers a unique style that maintains excellent mastering quality. The final product is always above status quo and all projects are handled in a timely manner."
Darem Aissa (Soloman's Forest)

Info toggle Questions?

X

Des questions? Envoyez-moi un message.