L’idée de retraite musicale est venue d’une discussion avec mon ami Fred au sujet de la nécessité de fuir la ville avec d’autres producteurs de musique pour passer un week-end à faire de la musique. Je veux dire, être à la campagne, être avec des amis, puis être capable de faire de la musique semble être une recette pour quelque chose de très spécial, n’est-ce pas ? Eh bien, depuis que je suis rentré de notre retraite, je ne peux que dire que c’était au-delà de toutes mes attentes, et je crois que cela pourrait même valoir la peine d’être répété sur une base régulière.

Lorsque j’ai affiché pour la première fois mes intentions d’organiser une retraite musicale sur Facebook, j’ai été ébloui par la réaction et l’enthousiasme qu’elle a suscité. Je pense que l’excitation d’une retraite vient d’un besoin d’être avec d’autres personnes qui partagent la même passion, mais aussi d’être dans un contexte où nous pouvons nous connecter à ce sujet.

Nous avons finalement eu 13 participants (note : nous avions même des gens de France qui voulaient venir, mais nous n’avons pas affiché les dates assez tôt pour qu’ils puissent s’y préparer) et nous avons trouvé un beau manoir à l’extérieur de Montréal avec vue sur des champs et des collines comme lieu pour la retraite. Le cadre était parfait. Fred a organisé deux studios séparés et nous avions beaucoup d’espace travailler sur nos ordinateurs portables et entrer dans notre bulle.

J’avais prévu de faire quelques ateliers, mais après avoir discuté et décidé du plan pour le week-end, nous ne voulions pas vraiment suivre une structure. Cette première expérience déterminerait nos besoins et la façon de faire face à tout ce qui se passe.

Ce qui en est ressorti était de la magie pure !

Imaginez être dans une pièce où tout le monde fait de la musique, a de l’équipement et se concentre sur sa propre musique, où vous pouvez montrer aux autres ce sur quoi vous travaillez pour obtenir du feedback, pour obtenir des réponses aux questions que vous vous posez concernant les problèmes techniques, pour observer le flux de travail de chacun et l’utilisation des plug-ins… C’était vraiment comme si un besoin était satisfait par tout le monde présent : faire partie d’une communauté, obtenir une validation instantanée et une expérience dans un environnement créatif.

Nous avons échangé Soundcloud et Facebook contre de vrais contacts humains. Traîner dans des clubs pour trouver des gens qui partagent les mêmes centres d’intérêt et travailler en même temps que les autres correspond vraiment à un besoin que nous partageons tous : se connecter physiquement.

Peu importe la façon dont Internet se développe et les outils qu’il offre, il n’y a rien de mieux que la proximité physique. Même moi, je me sentais submergé par le désir de faire des sons et aussi de commenter ceux des autres ou de répondre aux questions que les gens partageaient à haute voix. C’est assez courant pour les producteurs de musique de se rencontrer dans les bars et les clubs, mais vous ne pouvez pas vraiment parler parce que le contexte est bruyant et n’est pas vraiment approprié, en plus vous ne pouvez pas vraiment partager votre configuration technologique ou la façon dont vous travaillez. Il semble qu’une retraite crée un espace approprié pour co-créer et voir le jeu de tout le monde être mis à niveau. J’ai l’impression que cela pourrait être le meilleur moyen de façonner le son d’une communauté tous ensemble.

Alors que nous nous préparons déjà à organiser d’autres retraites, nous prévoyons aussi de réunir les producteurs de musique dans des cafés, un samedi après-midi. Je pense que c’est quelque chose que nous aimerions explorer ailleurs dans le monde également.

COMMENT J’AI UTILISÉ LA RETRAITE MUSICALE POUR MON FLUX CRÉATIF.

Je voulais faire exactement ce que je fais pendant mes journées en ville, mais en me concentrant sur une courte période de temps pour voir ce qui en sortirait. Ma routine habituelle est de prendre mes générateurs de sons tels que des synthés et de jammer. Je l’ai fait de façon intensive jusqu’à samedi après-midi, puis j’ai rencontré une certaine fatigue mentale. Cela arrive habituellement à un moment et c’était assez intéressant de voir cela se produire de cette façon. Le plus cool, c’est d’être autour des gens, de parler et d’échanger sur tout ce qui vient. Je n’étais pas chez moi sur Netflix à attendre que mon énergie revienne.

Plus tard, j’ai réalisé qu’il y avait des moyens d’améliorer notre productivité pendant la retraite. Voici quelques idées que je note pour la prochaine fois, ainsi que pour vous donner quelques suggestions au cas où vous envisagez de vous lancer dans une retraite musicale :

  • Faites des samples en équipe. Comme tout le monde a des origines et des inspirations différentes, nous pourrions analyser certaines chansons pour essayer de reproduire certains sons.
  • Essayez de terminer une chanson où tout le monde est impliqué. Chaque participant pourrait utiliser un instrument et une personne recueille le tout pour le mettre en arrangement.
  • Faites appel à plusieurs personnes pour réaliser des enregistrements complexes sur le terrain, des sons et des atmosphères étranges.
  • Faire des images en convolution de différents espaces, par exemple en utilisant des microphones pour sampler les différentes pièces de l’endroit où nous nous trouvions.
  • Faire la méthode du relais en la musique, c’est-à-dire « essayer de faire le plus possible sur cette piste puis la transmettre à la personne suivante ».
  • Essayez de faire un cadavre exquis musical.

Si vous avez des suggestions à nous faire, faites-le-nous savoir, car nous planifions déjà la prochaine !


Written by: pheek

Fondateur de Audio Services et musicien depuis les années 90's.
Philip James de Vries Testimonial
“JP’s mastering always delivers quality sound with astonishing speed. He is my go-to engineer for both my own music and what I release on Temparc Music.”
Philip James de Vries

Info toggle Questions?

X

Des questions? Envoyez-moi un message.