Ce qui bloque nombre de gens dans la création musicale, c’est la recherche de l’idée parfaite. Souvent, ils pensent qu’ils doivent faire quelque chose de révolutionnaire pour que cela vaille la peine de travailler dessus. Ce n’est pas le cas. Il existe de nombreuses chansons que les artistes considéraient comme médiocres, mais qui ont fini par devenir des succès pour eux. Deadmau5 en est un bon exemple : il pensait que son tube « Strobe » ne fonctionnerait que sur une face B. Il s’avère que c’est l’une de ses chansons les plus célèbres.

Si vous avez un processus et savez comment créer un mood board, il est possible de transformer des chansons moyennes en grandes chansons, ou des chansons moyennes en chansons que les gens apprécieront pour d’autres raisons. Ceci étant dit, cet article portera sur l’importance de travailler sur des idées moyennes.

 

TRAVAILLER SA MUSIQUE POUR LE PLAISIR

Parfois, les plus grandes surprises en musique viennent de ce que l’on fait dans le noir, sans savoir si ce sera bon ou pas. Ces moments impliquent de bricoler, de créer des boucles, d’extraire des sons de notre banque de samples et de tripoter des synthés juste pour le plaisir. Cependant, il arrive que l’on y travaille pendant des heures, que l’on n’y voie aucun potentiel et que l’on soit frustré. Par exemple, en ce moment, je travaille sur un nouveau set techno live, et rien ne me semble très inspirant. Cependant, je me rends compte que si je continue à travailler dessus, en suivant ma liste de contrôle et mon processus, quelque chose d’intéressant finira par se produire. Je comprends que, même si ce n’est pas la meilleure composition, cela pourrait être une face B, qui présente ses propres avantages et dont je parlerai plus loin dans cet article.

 

LE PROCESSUS

Tout d’abord, passons en revue ma liste de contrôle et mon processus. La première étape de mon processus est ce que j’appelle une « production non linéaire ». La production non linéaire est une façon de travailler où, dans un premier temps, vous résumez des idées, et vous empilez un tas de sons que vous aimez dans la vue « Live », au lieu de la vue « Arrangement ». Cela vous permet essentiellement de construire un mood board de sons dans lequel vous pouvez puiser et avec lequel vous pouvez jouer. Pour ce faire, je me force à enregistrer tout ce qui sort, littéralement tout et n’importe quoi. Ensuite, je commence à activer et désactiver des clips et voir ce qui se passe. Souvent, en faisant cela, j’obtiens bien plus que des boucles : j’obtiens des phrases entières qui deviennent des parties entières de la composition. Et comme je fais de la techno, basée sur des boucles et suivant un modèle prévisible, les choses commencent à se mettre en place.

Avant de continuer, j’ai une remarque à faire : je ne vais jamais au studio dans le but de faire de la musique moyenne. Les gens qui insinuent que je fais cela après avoir dit qu’ils devraient travailler sur de la musique moyenne, sont en quelque sorte offensants. J’essaie toujours de faire quelque chose de bien.

Cependant, je ne suis qu’un être humain, et parfois j’ai des idées moyennes que je décide de travailler afin de voir ce qui se passe. Parfois, quelque chose d’amusant se produit, ce qui me permet de faire un arrangement fantôme en passant par ma liste de contrôle. Une partie de ma liste de contrôle consiste à ajouter une ligne de basse groovy. C’est fondamental pour beaucoup de mes morceaux. Ensuite, je me demande s’il est approprié de répondre à cet appel avec un arrangement similaire. Par exemple, est-ce qu’un lead répond bien à la ligne de basse?

Une fois que j’ai déterminé cette partie fondamentale de la structure, je me dis : « Puis-je créer un élément complémentaire, comme un son de fond? » Je commence donc à parcourir mon mood board et à choisir des sons qui, selon moi, s’intégreront bien à l’arrière-plan. Il peut s’agir de bruitages, d’enregistrements de terrain ou même de textures à ajouter à l’instrumentation.

Ensuite, je commence à construire vers l’extérieur, car normalement ce que je fais dans l’esquisse finit par être la partie centrale de l’arrangement. J’ajoute donc une outro et une intro. Une fois que ces parties sont terminées, je commence à penser à tous les éléments qui font plaisir à l’oreille — les détails et les fioritures. Cela inclut généralement un élément bizarre qui rend la chanson folle et inhabituelle. Puis, une fois que j’ai rassemblé tous ces éléments, il arrive que quelque chose de moyen puisse devenir assez cool.

 

LE TEMPS GUÉRIT TOUS LES MAUX

Alors que se passe-t-il quand vous faites tout ça, et que le résultat est un peu « bof »? Facile. Il suffit de se détendre une minute. Très souvent, les étudiants enregistrent quelque chose qu’ils considèrent comme médiocre sur le moment, mais lorsqu’ils l’écoutent dans un autre état d’esprit, cela change. Ce que vous pensiez être ennuyeux il y a un moment peut sembler excitant maintenant, ou du moins, valoir la peine d’être travaillé.

La perception sera toujours l’ennemi du progrès. Nous devons tous nous rappeler que certaines musiques sonnent bien à certains moments, et à d’autres, moins bien. De même, il arrive qu’un son ne vous plaise pas particulièrement dans le contexte dans lequel il se trouve, mais qu’une fois associé à une autre esquisse, il prenne une vie qui lui est propre. Ou il peut être moyen, et c’est correct! Comme je l’ai déjà dit, ce qui est moyen pour vous peut être génial pour un autre auditeur.

 

L’AVANTAGE DES FACES B

Le fait est que les morceaux ordinaires, à mon avis, résistent à l’épreuve du temps plus longtemps que les arrangements compliqués. Quand je fais du mastering, beaucoup des idées que j’aime ne sont pas si originales ou révolutionnaires, elles sont plutôt efficaces car elles couvrent tous les éléments d’une chanson que je trouve importants. Les trucs extravagants? Pas vraiment. Peut-être quelques compositions des Chemical Brothers ou de Plastikman, mais globalement, non, du moins à mon avis.

Les faces B font souvent partie de la meilleure musique qui soit, surtout du point de vue d’un DJ. Elles sont typiquement fonctionnelles et remplies de moins de fioritures que le single principal. Elles peuvent donc être facilement mixées et utilisées comme un outil, permettant aux DJ de créer des moments uniques à la volée pendant leurs sets. Pour cette raison, ils n’obtiendront peut-être pas autant de lectures sur des sites comme Spotify, mais ils pourraient être plus performants sur des sites comme Beatport ou Traxsource.

Une fois encore, je dois mentionner le cas de Deadmau5 “Strobe”. Il pensait qu’il s’agirait d’une face B, il l’a donc soumise en tant que face B au label, et c’est devenu l’une de ses plus grandes chansons. Ce que vous pensez être une face B pourrait devenir votre titre principal.

 

TRANSFORMER L’ORDINAIRE EN EXPÉRIMENTAL

Une chose que les gens oublient, c’est que parfois il est bon de faire de la musique expérimentale à partir de musique ordinaire. Vous vous souvenez de cette idée moyenne que vous avez eue auparavant? Vous pouvez la rendre extraordinaire avec quelques astuces simples. Tout d’abord, construisez une longue chaîne d’effets sur l’une de vos pistes de retour. Ensuite, prenez des canaux et commencez à les envoyer sur le retour. En faisant cela, vous pouvez vous retrouver avec des motifs syncopés vraiment bizarres et des textures très éloignées de ce que vous avez fait à l’origine. Vous pouvez soit laisser ces textures tout au long du morceau, soit les utiliser pour créer des moments de surprise afin de décontenancer l’auditeur.  Par exemple, je suis récemment allé voir Chaos in the CBD et l’un des moments les plus forts de leur concert a été, au milieu du set, cette fusion sonique sauvage, qui partait d’un montage d’une chanson des années 90. J’ai trouvé ça génial parce qu’ils ont pris quelque chose de vieux et l’ont rendu nouveau, quelque chose que j’ai abordé dans l’articule sur Murakami

 

FAITES DE LA MUSIQUE POUR VOUS

Beaucoup de gens se préoccupent de faire de la musique pour les autres, qu’il s’agisse d’un DJ ou d’un label. Pourtant, la plupart des grandes musiques proviennent de personnes qui les font pour elles-mêmes. Lorsque vous faites de la musique pour un DJ ou un label, vous vous retrouvez souvent à essayer de lire dans leurs pensées et à suranalyser leurs intentions. Les propriétaires de labels se plaignent alors que tous les morceaux qu’ils reçoivent sonnent exactement de la même façon. Bien que ce soit un produit de leur propre fait, car ils ne signent souvent que des morceaux qui correspondent à leur méta, en même temps, ils n’ont pas tort. Les producteurs mémorables n’essaient pas d’imiter. Au contraire, ils créent quelque chose que les autres essaient d’imiter. Et pour créer quelque chose d’unique, il faut que cela vienne d’un lieu d’authenticité. Et parfois, si vous vous contentez d’esquisser des idées, de former un mood board et de travailler sur des chansons qui ne correspondent pas tout à fait à un paradigme, c’est là que des choses vraiment fascinantes se produisent.

 

LA GRANDEUR EST LA SOMME DE CHOSES MOYENNES

En d’autres termes, ne vous préoccupez pas de choses moyennes ou non, commencez simplement à produire. Après tout, si vous essayez de vous faire remarquer, les algorithmes favorisent la fréquence, alors continuez à sortir des choses. La plupart n’auront pas un succès fou, mais si vous continuez à le faire, de temps en temps, vous pouvez obtenir un hit.


Written by: pheek

Fondateur de Audio Services et musicien depuis les années 90's.
"Pheek offers a unique style that maintains excellent mastering quality. The final product is always above status quo and all projects are handled in a timely manner."
Darem Aissa (Soloman's Forest)

Info toggle Questions?

X

Des questions? Envoyez-moi un message.