Les albums sont-ils encore pertinents? OK, c’est une question un peu délicate, parce que oui, je pense qu’ils le sont toujours. Il y a eu une tendance ces quatre dernières années, où les gens disent que « le concept de l’album est mort, personne n’écoute les albums, bla-bla-bla ». J’entends souvent dira ça. Si vous regardez les tendances actuelles, c’est logique : vous regardez sur Spotify et beaucoup de gens sortent des EP et des singles parce que c’est le moyen le plus sûr de jouer l’algorithme pour obtenir des lectures.

Cependant, le concept des singles et des EPs m’ennuie à mourir. Je déteste ça. Quand je vois une chanson, je me dis : « Oh, je veux entendre l’album dont elle est tirée. » Alors je vais vérifier et très souvent, c’est un single. Cela me rebute tellement que parfois je me mets en colère. C’est comme si les artistes avaient perdu leurs balls, faute d’un meilleur terme. C’est comme s’ils étaient dictés par le système capitaliste qui dit que sortir des singles est le moyen le plus efficace de commercialiser leur art. Je pense que c’est un problème parce que l’art et le capitalisme vont rarement de pair. Quand je vois un single, tout ce qui me vient à l’esprit, c’est : « Où est votre sens artistique? Où est votre vision? Où est votre âme? C’est tout ce que vous avez à dire? »

Pour ma part, je trouve que les albums sont narratifs. Quand je vais voir un film comme Doom ou Star Wars, ça m’énerve un peu parce qu’il n’y a pas de point culminant, au contraire, ils vous tiennent en haleine pendant des années en attendant le prochain film. Personnellement, je préférerais voir un film qui dure cinq heures plutôt que trois films. C’est pourquoi j’aime les séries dont tous les épisodes sont publiés en une seule fois, comme sur Netflix. Je sais que c’est suffisamment long pour que je m’investisse dans les personnages, et à la fin, j’aurai l’impression d’avoir perdu des amis et d’avoir vécu quelque chose.

Pour moi, un album, en particulier les longs albums qui durent au moins une heure, c’est comme une fenêtre sur le studio de l’artiste. J’ai l’impression de jeter un coup d’œil dans son studio et d’entendre la musique sur laquelle il a travaillé au cours des six derniers mois ou de l’année écoulée. Parfois, à l’écoute des chansons, on a l’impression que les artistes ont vécu des expériences qui ont changé leur vie, ou qu’ils ont été inspirés par un certain artiste, et qu’ils ont ensuite trouvé une réponse artistique à leurs influences, comme s’ils essayaient de faire une déclaration dans une culture spécifique.

Je trouve qu’aujourd’hui, en tant qu’artistes et musiciens, nous devons aller de l’avant et nous affirmer dans la façon dont nous nous exposons dans la musique. Si cela signifie que nous allons avoir un album avec seulement deux chansons solides, où les autres sont des expériences, alors qu’il en soit ainsi. Il y a un certain romantisme dans un album où l’artiste est libéré de la pression de devoir montrer à chaque fois le meilleur de lui-même pour les singles.

De plus, avec les albums, j’aime le fait que l’on puisse s’asseoir et l’écouter en mode aléatoire et avoir une histoire différente à chaque fois. Parfois, je fais ça pendant une semaine d’affilée et je m’imprègne du potentiel créatif de quelqu’un.

Une autre chose que j’aime, c’est quand un artiste a plusieurs albums, et que parfois vous en écoutez un et vous vous dites : « Wow, ça sonne complètement différemment, mais je vois une relation avec le précédent. » C’est agréable de voir l’évolution entre les deux.

J’aime écouter des albums, parce que je veux entendre la musique que vous avez faite en décembre, par exemple, même si elle n’est pas parfaite. J’adore ça. C’est pourquoi lorsque je fais un album, je le fais généralement en un jour ou deux, afin de rassembler les pensées que j’avais à ce moment-là.

En général, je ne passe jamais plus d’une heure et demie sur une chanson, ce que beaucoup de gens trouvent fou. Quand on me demande comment je fais pour écrire un album aussi rapidement, ma réponse est assez simple : j’ai un flux de travail efficace. Cela ne veut pas dire que je ne travaille sur la musique que par tranches d’une heure et demie. Le travail se fait en amont, en m’assurant que j’ai tous les éléments nécessaires pour créer un mood board efficace.

Comme je passe du temps à mettre de l’ordre dans mes échantillons et mes sons quand je fais une chanson, je sais exactement ce que je veux, et j’ajoute les choses autour à partir de mon modèle. Puis je continue ce que j’ai fait dans la précédente, et une fois que j’ai terminé celle-ci, j’ouvre la troisième, et ainsi de suite. Et à la fin de la journée, j’ai une tonne de nouvelles chansons.

Certaines personnes me demandent : « Comment faites-vous pour jammer si vous n’avez pas un tas de matériel — c’est pénible de tout faire en MIDI à chaque fois ». Eh bien, si vous utilisez Ableton, ce n’est pas pour rien qu’il s’appelle Ableton Live. Utilisez la vue session, et commencez à cliquer sur les clips que vous avez chargés — vous n’avez pas besoin de quelque chose de sophistiqué.

J’ai aussi un autre élève qui chante simplement dans un clip audio et le convertit ensuite en MIDI en utilisant l’option d’Ableton. La traduction n’est pas parfaite, mais cela fait partie du plaisir du jeu — cela crée des restrictions.

Rappelez-vous également que vous n’êtes pas obligé de terminer une chanson en une seule fois — vous pouvez travailler sur plusieurs chansons en même temps. Lorsque vous vous sentez bloqué sur une chanson, commencez-en une autre ou ouvrez un projet précédent.

Une autre clé pour faire des albums rapidement est d’en faire une habitude. Prince enregistrait quelques morceaux par jour, et maintenant il y a une bibliothèque de musique dans son coffre-fort. Ricardo Villalobos est dans le même cas : il ne passe généralement pas plus d’une journée sur ses chansons. Il se contente de jammer. Une grande partie de cette motivation vient du succès, mais pour réussir à notre époque, il faut sortir du lot, et sortir une tonne de choses est un bon moyen d’y parvenir. Le succès, tout comme la production, est une corvée, ne l’oubliez jamais, mais il s’accompagne de beaucoup de satisfaction personnelle.


Written by: pheek

Fondateur de Audio Services et musicien depuis les années 90's.
“Pheek’s mastering retained the character of the original dynamics, but definitely made the mix bump a bit more & subtly brought up some nice spacial details. Very natural and not too heavy-handed, which is important to me. Great work!”
David Last

Info toggle Questions?

X

Des questions? Envoyez-moi un message.