J’explique souvent à mes clients, presque quotidiennement, qu’un bon master commence par un mixage solide. C’est pourquoi j’ai pensé faire une liste de ce qui fait réellement la différence pour moi lorsque je reçois des fichiers à traiter. Dans cet article, je parlerai également d’éléments que les producteurs apportent à leurs pistes qui, pensent-ils, me faciliteront la tâche, mais qui en réalité produisent l’effet inverse.

 

Je voudrais commencer par le plus évident pour moi, mais qui semble ne pas l’être pour de nombreux clients : la façon dont ils écoutent leur musique. Souvent, les clients m’envoient une chanson qui présente des problèmes liés à la configuration de leur studio ou à un manque de compréhension de la façon dont leur studio se traduit dans le monde extérieur. Si la façon dont vous écoutez la musique en premier lieu influence la façon dont vous la percevez, il est clair que vous comprendrez mal la chanson que vous obtiendrez, une fois masterisée. Lorsqu’un client me dit que sa chanson a un problème de tonalité (trop de basses, trop brillante), je lui réponds toujours « par rapport à quoi? » Parce qu’en fin de compte, c’est de cela qu’il s’agit : une comparaison. Il y aura toujours des gens pour vous comparer à d’autres choses et la définition de la perfection est extrêmement arbitraire. C’est pourquoi me fournir une référence est toujours une excellente idée.

 

Chaque ingénieur de mastering a sa propre touche. Donc l’idée de travailler avec un ingénieur de mastering est directement liée à la façon dont vous appréciez son travail. L’ingénieur travaillera sur la base d’une définition de ce qu’il pense être le mieux adapté à votre matériel, par rapport à un genre, avec une gamme de points techniques qui en tireront le meilleur parti. Par conséquent, la première chose primordiale est la confiance. Lorsque votre chanson est terminée et que vous avez besoin de dernières retouches, il peut y avoir de grandes différences, mais au final, il s’agit de communiquer votre vision et d’espérer que l’ingénieur y parvienne. Souvent, les gens m’envoient des fichiers et me demandent s’ils sont prêts pour le mastering. Je leur réponds toujours que la meilleure façon de le savoir est de faire des tests : vous m’envoyez une version à masteriser et je vois comment votre mixage se traduit après le processus. C’est, pour moi, une étape importante pour établir la confiance.

 

Détails techniques évidents

 

Ils ont été discutés en long, en large, et en travers. Ils sont également abordés sur la plupart des sites et forums de mastering. Pourtant, il m’arrive encore de recevoir des fichiers mal préparés. Certaines personnes oublient, mais il y en a d’autres qui pensent qu’elles savent mieux que moi, alors mettons cela à plat une fois de plus, ici :

 

  • Pas de compression ou de limiteur sur le bus master : Si le niveau de gain (gain staging) est correctement échelonné, il n’est pas nécessaire d’avoir une compression sur le master, car le volume et la densité sont déjà solides. Si vous voulez coller les choses ensemble, laissez faire l’ingénieur. Si vous avez une certaine vision, exportez un master maison comme référence. Un limiteur est utile pendant la production au cas où vous vous énerviez et poussiez un peu les choses. Néanmoins, pour le mastering, vous devez supprimer cet outil, car il crée un traitement intense sur vos transitoires et votre densité qui sera problématique pour le mastering. Notez que beaucoup utilisent des limiteurs dans le mixage lui-même, soit sur le bus de bas de basses fréquences, soit sur les percussions, ce qui est correct, mais peut aussi parfois provoquer des distorsions. Faites également attention à la saturation sur le master. Beaucoup de gens gâchent leurs mixages de cette manière – un facteur de saturation de 3-5 % de wet peut sembler énorme une fois masterisé, alors traitez-le avec précaution.

 

  • Headroom : L’exigence habituelle des ingénieurs est de — 6 dBfs, mais de nos jours, je n’ai pas de problème avec — 3 dBfs, tant qu’il n’y a pas de limiteur sur le master et que les transitoires (transients) sont sains.

 

  • Résolution et fréquence d’échantillonnage : Cela change constamment, mais je trouve que le strict minimum est 24 bit, 48 kHz. Certaines personnes envoient des fichiers avec une meilleure résolution que cela, mais de mon côté, je dirige la plupart de mes séances en 96 kHz pour obtenir le meilleur headroom, ce qui me permet de faire face à presque toutes les situations. Bien sûr, les fichiers doivent être en stéréo, en wav ou en aiff.

 

Ces points sont facilement gérables par la plupart des clients. Si vous n’êtes pas sûr de l’un de ces points, vous trouverez facilement des réponses sur les forums ou directement dans un tutoriel YouTube. Je dirais que je reçois souvent des fichiers qui ne répondent pas à ces exigences, mais c’est plutôt facile à corriger.

 

Détails techniques de niveau intermédiaire

 

C’est ici que les choses se gâtent. C’est ce que j’appellerais un niveau intermédiaire. Cela signifie que les nouveaux producteurs auront quelques difficultés avec ces points. Si vous faites de la musique depuis quelques mois et que vous avez terminé un certain nombre de morceaux, vous rencontrerez probablement certains de ces problèmes et le manque d’expérience pourrait vous amener à essayer différentes choses. Il faut du temps pour déterminer avec précision comment un mixage se traduira après un mastering. Cela dépend aussi du choix de l’ingénieur, de son esthétique et de sa communication avec vous. Bien sûr, plus vous travaillez avec quelqu’un, plus il saura ce que vous attendez. La plupart de mes clients récurrents ne demandent jamais de révision, car le résultat est tel qu’ils le souhaitent.

 

Détails techniques avancés :

 

  • Intensité sonore (Loudness). C’est ici que beaucoup de personnes sont désorientées. Il y a une différence entre l’intensité sonore maximale et la densité d’une chanson. Je vous encourage à vous procurer un outil de mesure de l’intensité sonore et à examiner l’indicateur LUFS.

 

Si votre morceau est à -6 dB, cela signifie que je vais devoir ajouter un gain de 6 dB pour l’amener aussi près de 0 dB que possible. Pour ce faire, je devrai augmenter la densité pour qu’elle corresponde à celle des autres chansons du marché. Si votre chanson est proche de 0 dB sans mesure de densité, cela signifie probablement qu’elle n’est pas assez forte.

 

Il existe plusieurs façons d’augmenter la densité, comme la saturation et la compression. Parfois, les gens se demandent pourquoi leur chanson est compressée et la raison en est toujours l’adaptation du volume sonore. On ne peut pas simplement augmenter le gain, cela ne suffira pas. Cela dit, les gens doivent faire leur niveau de gain correctement. Je ne peux pas expliquer dans cet article comment le faire, mais il existe de nombreux tutoriels en ligne pour cela

 

Donc, en fin de compte, je préfère toujours qu’un mix soit autour de -15 LUFS idéalement. Je peux faire avec moins, mais vous devrez accepter qu’il y aura une différence assez importante.

 

  • Largeur stéréo (Stereo width). La plupart des gens que je connais aiment que leur chanson soit rendue avec une belle largeur, car ils aiment être épatés. Si le morceau est trop large, il y aura une perte de punch et d’affirmation. En général, les gens sont plutôt d’accord avec ça, mais il y a beaucoup de gens qui deviennent accros aux plug-ins qui agissent sur la largeur et certains peuvent booster les sides un peu trop. Je dois souvent rééquilibrer le signal entre le milieu et les côtés (mid/side). Ce n’est pas très grave, mais si, dans certaines fréquences, je remarque que les côtés sont trop forts, je dois le contrôler. Cela peut se solder par des problèmes de phase. C’est un type de problème que les clients ont du mal à repérer, car il nécessite de l’expérience ou de bons outils de contrôle.

 

  • Saturation. De temps en temps, j’ai des clients qui poussent un peu trop la saturation sans savoir que l’adaptation de l’intensité sonore multipliera beaucoup cette saturation. Cela se traduit par des écrêtages bizarres, des distorsions, du bruit, de la méchanceté. Certaines personnes sont d’accord avec cela, mais d’autres ont besoin de refaire leur mixage pour trouver le point idéal. Ma suggestion générale est d’ajouter de la saturation jusqu’à ce que vous l’entendiez, puis de la réduire un peu. Si vous entendez beaucoup de saturation et que le gain staging n’est pas bon, je vais booster votre piste et la saturation sera beaucoup plus forte.

 

  • Niveau de bruit (Noise floor). Si vous enregistrez à partir de synthés et de matériel analogique, il peut y avoir du bruit de fond. Vous devez enregistrer le plus fort possible pour que le bruit ne soit pas amplifié par le gain staging. Il arrive souvent que les gens enregistrent avec beaucoup de bruit en arrière-plan et lorsque j’augmente le niveau, le bruit est amplifié. Soyez prudent.

 

  • Effets. En général, deux signaux d’alarme apparaissent ici : l’utilisation excessive du phasing, du M/S ou la réverbération qui est beaucoup trop forte. Souvent, les clients doivent corriger leur reverb et m’envoyer un nouveau fichier. Les longues réverbérations sont très délicates et je suggère parfois d’y appliquer un ducking pour éviter qu’elles n’altèrent les transitoires ou ne rendent le mixage entier désordonné.

 

  • Compression. Celle-ci est délicate. Parfois, les gens mettent une compression sur le master pour tout coller ensemble, mais je ne le recommande pas. C’est quelque chose que j’aime contrôler moi-même, car c’est moi qui effectue le réglage final du gain et l’ajustement général. Les gens qui utilisent la compression comme gain sur le master ou un peu partout vont finir par avoir une piste avec des tails exagérées sur les sons qui sont censés être un peu plus courts, ce qui peut avoir des effets dramatiques sur la basse ou le kick par exemple. S’ils se fondent l’un dans l’autre, le bas du spectre sera mou et désordonné. Les kicks percutants ont besoin d’espace pour percer, et si les médiums sont également dispersés, il y aura un manque de précision. Dans l’ensemble, la compression est utile, mais avec une certaine modération, à moins que vous ne vouliez une piste gonflée, vraiment gonflée.

 

  • Échantillons (Samples). Plus la qualité de vos échantillons est élevée, meilleur sera le mixage. Par essence, l’utilisation de mp3 ou de son extrait de YouTube donnera un son flou qui risque d’être exagéré, une fois de plus, lors du mastering. C’est là que l’aliasing et les artefacts numériques bizarres peuvent transformer un morceau au son pur en un morceau brouillon. Lorsque je parle d’échantillons de qualité, je ne fais pas seulement référence au débit binaire, mais aussi à un bon équilibre entre densité, clarté et précision. Les échantillons présentant des résonances sibilantes et des transitoires tranchants peuvent également être difficiles à contrôler lors du processus de mastering.

 

Ce qui en général aide vraiment et fera une énorme différence :

 

  • L’élimination des résonances : Si vous me laissez faire le gain staging, vous verrez rapidement comment les résonances vont s’intensifier en ringing strident. La suppression des résonances n’est pas quelque chose qui s’apprend facilement, mais une fois que vous aurez pris conscience de leur impact sur vos mixages, vous voudrez les traiter dès la conception du son. Bien que je puisse les contrôler avec mes égaliseurs de mastering, il n’y a rien de mieux que d’avoir un mixage propre pour commencer. J’ai essayé Reso et il s’est avéré être assez solide. Il y a aussi le MAutoEQ de Melda qui détecte les résonances et vous permet de couper à votre goût.

 

  • Apprivoiser les transitoires (transients) : Il n’y a rien de plus ennuyeux que des transitoires durs sur un gros système de son ou à des volumes élevés. Il y a une différence entre vif et dur, parfois les gens ne s’en rendent pas vraiment compte avant d’entendre le master. Bien que je puisse contrôler les choses, si vous faites le plus grand nettoyage de votre côté, votre mixage sonnera à merveille. L’un de mes sculpteurs de transitoires (Transient Shaper) préférés est Impact by Surreal Machines. Mais si vous voulez quelque chose qui change la donne, vous pouvez passer au niveau supérieur et vous procurer le Oxford Transmod.

 

  • Un bon nivellement : C’est le conseil le plus important en matière de mixage. Il n’y a pas grand-chose d’autre à faire que de s’entraîner, de faire des pauses, d’écouter des références, mais si les niveaux sont corrects, c’est toujours un avantage pour le mastering.

 

  • Sidechaining, unmasking : Si vous avez plusieurs sons dans les mêmes fréquences, vous vous dirigez rapidement vers un problème de masquage. Vous pouvez passer du temps à nettoyer la fréquence de l’un pour permettre à l’autre d’être entendu, mais la méthode la plus rapide est le side-chaining. L’utilisation de TrackSpacer est toujours propre et rapide, mais dernièrement, le nouveau Neutron 4 s’est avéré être assez étonnant. Il dispose également de nombreux autres outils pratiques et je l’ai utilisé dans toutes les chansons que j’ai mixées dernièrement.

 

  • Un bon gating: Le gating est souvent mal compris, mais c’est une technique qui apporte du punch, de la clarté et de la dynamique à la batterie ou à tout ce qui comporte des tonnes de détails. Il permet également de résoudre les problèmes de masquage, de nettoyer le bruit de fond et d’éviter les lourdeurs. Si vous n’y connaissez pas grand-chose, allez voir des tutoriels!

 

La dernière série de points est ce que je considère comme étant avancé, mais ce sont en fait ceux avec lesquels j’aurai le plus de mal, car ils doivent toujours être traités dans le mixage. Plus votre mixage est propre, meilleur sera le master.

 


Written by: pheek

Fondateur de Audio Services et musicien depuis les années 90's.
"Pheek offers a unique style that maintains excellent mastering quality. The final product is always above status quo and all projects are handled in a timely manner."
Darem Aissa (Soloman's Forest)

Info toggle Questions?

X

Des questions? Envoyez-moi un message.